Décryptages...

Décryptages...

Les lanceurs d'alerte dans la police sont harcelés...

Ce billet est une réaction à l'excellent article de Louise Fessard "Les policiers lanceurs d'alerte harcelés par leur ministère"

 

Plusieurs policiers ont, ces dernières années, été mis en cause pour manquement au "devoir de réserve", la hiérarchie ne supportant pas la moindre remarque, fut-elle justifiée. 

 

On pourra objecter que la chose est vraie dans plusieurs secteurs professionnels.

 

Il n'est cependant pas inutile de faire remarquer que les forces de police, qu'on le veuille ou non, constituent un corps particulier puisque leur mission est de faire appliquer la loi auprès du public dans les domaines contraventionnels, correctionnels ou criminels,les éventuels manquements à la procédure pouvant être dramatiques pour les libertés individuelles

 

Les récents événements nous ont enseigné qu'aucun citoyen n'était à l'abri d'une éventuelle bavure.

 

Que des policiers, en mal avec leur conscience devant des faits de forfaitures portés à leur connaissance, ne puissent les dénoncer sous la pression d'une hiérarchie uniquement préoccupée à sauvegarder l'image de l'Institution, est dramatique pour l'ensemble de la population.

 

L’article 40 du CPPqui impose à tout officier public, tout fonctionnaire de dénoncer des faits délictueux dont il a eu connaissance (délits correctionnels voire crimes) est sans ambiguïté. Ne pas dénoncer ces faits au procureur, se dérober à ce devoir, c’est entrer dans l’illégalité.

 

A Christiane Taubira de rappeler aux magistrats du parquet leurs devoirs afin qu’ils ne classent pas sans suite de graves  faits dénoncés !A-t-on conscience de l’extrême gravité de la situation ? La hiérarchie policière sanctionnant un fonctionnaire respectant le Code Pénal ? Quelle est la fonction première de cette administration si ce n’est de faire la chasse aux délinquants ?

 

Les méthodes  très graves qui ont maintes fois été signalées (la partie émergée de l’iceberg) dénoncées par des policiers, comme Philippe Pichon et Sihem Souid entre autres ainsi que  par Daniel Vaillant lui-même qui a parlé de « turpitudes » (cf. mes anciens billets) doivent, pour le respect de l’Institution, être sanctionnées

 

.//blogs.mediapart.fr/blog/guy-belloy/010712/manuel-valls-aux-policiers-ma-mission-est-de-vous-proteger 

 

 

Vouloir étouffer les affaires par des actes d’intimidation relevant de la correctionnelle voire de la Cour d’Assises est scandaleux. 

 

Sachez que tout un chacun ayant les « outils adaptés » peut entrer chez vous sans laisser la moindre trace et refermer derrière lui. En ce qui concerne les « visites domiciliaires » illégales, l’ex-commissaire de la P.J. Georges Moreas écrivait déjà, sur son blog 28 /10/10 Monde.fr « Le plus dur n’était pas d’entrer mais de refermer la porte derrière soi sans laisser de traces » , reprenant les paroles de collègues lors d'une "visite classique".

 

//blogs.mediapart.fr/blog/guy-belloy/270812/les-metiers-qui-avilissent

 

 

Qui est à l'origine des intrusions domicilaires sans effraction chez Ségolène Royal? Qui a littéralement persécuté l'ancien commissaire Patrick Rougelet?

 

 

Certains tuent. A petits feux. Sans faire de bruit. PAS en état de légitime défense...En défense NON légitime d'une Institution. Accordons-leur qu'ils ne le font pas par plaisir. Probablement peut-être pas très à l'aise. Mais les ordres...Et la vie de leurs victimes disparaît lentement, leurs personnalités s'étiolant avec leurs repères, leurs valeurs, tout ce en quoi ils (elles) croyaient. Là est le plus terrible.

 

 Rappelons - l'Article 122-4 du Code Pénal:« N'est pas pénalement responsable la personne qui accomplit un acte commandé par l'autorité légitime,sauf si cet acte est manifestement illégal. » Ainsi, l’ensemble des fonctionnaires agissant sur ordre manifestement illégal tombe sous le coup de l’article ci-dessus mentionné. 

 

 //blogs.mediapart.fr/blog/guy-belloy/140912/police-lordre-de-la-loi-et-le-commandement-de-l-autorite-legitime

 

Permettons de préciser que c’est une question purement théorique.  Quel fonctionnaire de police va refuser d’exécuter un ordre de sa hiérarchie même s’il est manifestement illégal ? Isolé, représenté par des syndicats souvent à la botte du pouvoir, a-t-il vraiment le choix ?

 

Et d'ailleurs, comment espérer des syndicats de police indépendants lorqu'ils sont inféodés au ministère de l'intérieur par les jours de détachement et les subventions payées par le contribuable?

Le syndicat Unité SGP Police est-il menacé d'implosion? "Personne n'y a intérêt, tranche Henri Martini. Pas plus le SGP qu'Unité Police, FO ou le gouvernement. Sinon, nous risquerions fort de repasser derrière Alliance aux prochaines élections professionnelles." En jeu, aussi: une subvention annuelle de 580 000 euros et 41 000 jours de détachement. 

//www.lexpress.fr/actualite/societe/qui-est-aux-commandes-d-unite-sgp-police_1170309.html

 

 

Le Ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, hérite d’une situation désastreuse. Il a déclaré récemment qu’il « ne tolérerait aucun comportement qui nuise à l’image de la police… " comme il a énoncé lors de son arrivée au ministère "Une institution, pour être respectée de tous, doit être respectueuse de chacun". Les citoyens de ce pays prennent acte et attendent que ces paroles responsables soient suivies d'effets...

 

« Pour être un bon flic, il faut aussi être un peu voyou ? » Que cette question posée par deux journalistes d’I-Télé  ce 22 mai dernier à Claude Cancès, ancien patron de la Police Judiciaire de Paris ne vienne plus jamais à l’esprit de quiconque !

 

Il est primordial que cette institution soit  soumise au contrôle d’une autorité indépendante (magistrats du siège)comme c’est le cas chez nos voisins européens qui considèrent avec effarement que la police contrôle ...la police. Sous peine de glisser vers une police "mexicaine", ce n’est qu’à partir de ce moment que l’éthique déontologique et la transparence reprendront leur juste place, que la loi du silence (cf. Sihem Souid, Philippe Pichon) n’aura plus cours et qu’apparaîtront, souhaités par une majorité de policiers intègres, des syndicats responsables dans toute la noblesse du terme.

 

Une police républicaine dont les membres seront considérés et respectés.

 

Et les lanceurs d'alerte, à juste titre, honorés... 

 

 

Guy Belloy, issu de l’Ecole Supérieure de Police de ST Cyr au Mont d’Or.

 

 



01/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres