Décryptages...

Décryptages...

Vous avez dit « circonscriptions » ? …

 

 artfichier_558299_1749996_20130206124420             

        

             En parcourant mon quotidien  préféré ce mercredi, quelle n’est pas ma surprise de découvrir, en page semi régionale, une interview de madame la députée de mon ancienne circonscription : la sixième du Pas-de-Calais…

 

            Ah, c’est qu’elle n’a pas été gâtée par ce redécoupage des plus fantaisistes ! Pensez donc, toute en longueur ! Du Cap Gris-Nez à Heuchin, soit près de 100 km de routes départementales ! Alors que la suppléante du député sortant, Frédéric Cuvillier, qui, depuis la nomination de l’ex-maire de Boulogne-sur-mer au ministère des transports, a hérité de son siège au Palais Bourbon, bénéficie d’une 5ème bien concentrée géographiquement!

 

            Y’a pas de justice !  J’aimerais bien connaître le nom de ce fonctionnaire spécialiste en découpages aux ciseaux si maladroits ! 

 

            Mon mécontentement s’explique par le fait que ma nouvelle députée ex-suppléante (vous suivez ?) n’a pas  daigné répondre à quatre de mes e-mails dans lesquels je lui faisais modestement part de mes observations, document officiel à l’appui !

            Du coup, je me suis résigné : « Brisons là » ai-je maugréé…

 

            Bon, vous comprendrez que le dialogue est rompu ou plutôt qu’il n’a jamais commencé. Grave pour une personne censée me représenter à l’Assemblée Nationale et donc parler en mon nom !

 

            Bon, où en étais-je ? Ah oui, l’interview !

 

            En parcourant l’article, en réponse aux questions du journaliste, on découvre une députée (je parle de la 6ème, là, vous suivez ?) au franc-parler, dynamique et ayant à cœur d’exercer la mission que les électeurs lui ont confiée.

 

            Ainsi madame la députée n’hésite pas à mettre en garde Vincent Peillon sur le fait qu’elle sera « très ennuyée à le défendre si on continue à fermer des classes ! »

 

            Quant à ses rapports avec Frédéric Cuvillier (ancien maire, ancien député et nouveau ministre des transports), qui avait « oublié » de l’inviter lors d’une inspection des zones inondées dans la région de Guisnes (au beau milieu de sa circonscription) , elle fera preuve de compréhension : « c’était une erreur de la préfecture ». Certes le ministre « ne lui rend pas des services »mais c’est oublier qu’elle « ne lui en a jamais demandés ! »

 

            La femme de conviction apparaît lorsqu’elle qualifie le propos présidentiel reconnaissant un droit de réserve aux maires ne souhaitant pas célébrer le mariage entre deux personnes du même sexe de « phrase malheureuse ».

 

            Une petite fausse note néanmoins quand le perfide journaliste lui demande ce qu’elle pense de l’interdiction des licenciements boursiers :

-         « La députée ne répond pas clairement » ose-t-il écrire !

-         « Dans ma permanence, les gens ne me disent jamais « vous ne faites rien ! » ».

Et le reporter de déduire :

-         « ça la rassure »…

 

Non mais, pour qui se prend-il ce monsieur qui se targue de psychologie appliquée ?

 

Et le dialogue de se terminer sur Hervé Poher ; le candidat PS malheureux qui, au premier tour des législatives s’était présenté face à elle,  peut être rassuré : 

            « Je ne suis pas du tout rancunière », avoue-t-elle.

 

Le Parti de Gauche de la côte d’opale peut également pousser un soupir de soulagement… (Cf: //blogs.mediapart.fr/blog/guy-belloy/210113/18-janvier-debut-de-soiree-avec-cbartolone

 



06/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres