Décryptages...

Décryptages...

Les délinquants dans la rue, les innocents en prison...

 

artfichier_558299_1708673_20130125591228artfichier_558299_1708684_20130125035399

 "J'assume, pour la bonne cause,  le titre un brin provocateur"

 

//videos.tf1.fr/sept-a-huit/sept-a-huit-du-25-novembre-2012-7679095.html

 

 

Première séquence : La loi des dealers, quand les policiers avouent leur impuissance et que la population, terrorisée, subit les manquements de l’état de droit. 

Curseur : 02mn00 

 

Lors d'un reportage de TF1 du 25 novembre 2012 « 7 à 8 » tourné en caméra cachée dans un quartier de St Ouen à propos des  trafics de drogue, les journalistes de la chaîne télévisée, guidés par un  riverain, ont pris peur lorsqu’ils se sont sentis repérés par les dealers. 

 

Ils ont alors appellé à l’aide deux CRS qui passaient à quelques mètres de là. Quelle n’a pas été leur surprise d’entendre les CRS répondre :

 

« On ne peut pas y rentrer ; on a des consignes particulières… Il faut que les dealers puissent continuer de vivre…Je pense qu’il n’y a pas vraiment de volonté que le trafic s’arrête ».

 

Le trafic de drogue a fait 4 victimes depuis 2009.

 

St-Ouen est la première ville classée en zone de sécurité prioritaire ; pourtant le deal continue, entre une garderie pour enfants et une école primaire…

 

Les guetteurs sont toujours là, parfois à quelques mètres des policiers… 

 

 

Deuxième séquence : « Ma Force, je l’ai toujours trouvée parce que j’étais en paix avec moi-même. » 

Curseur : 27mn40

 

Loïc Sécher, plus de 7 ans d’emprisonnement pour un viol qu’il n’a pas commis, se confie.

 

"Pendant 2 655 jours, j’ai eu la pression de l’administration pénitentiaire pour que je fasse des aveux"…

Cet homme a subi les violences que les pointeurs subissent en prison ; il ne dira rien de plus...

 

Au sujet de l’adolescente de 14 ans qui l’a injustement accusé de viol : « Je ne l’ai jamais détestée car j’ai compris qu’elle avait été victime d’une manipulation ».

 

24 juin 2011 : Loïc Sécher est acquitté.

 

Fin 2000, Emilie, 14 ans, en proie à un profond mal-être, l'avait accusé de lui avoir fait subir à plusieurs reprises viols et agressions sexuelles. Avaient suivi une enquête bâclée, des expertises psychiatriques aujourd'hui jugées par trop péremptoires, des témoignages discutables, une instruction défaillante. Dans cette affaire "parole contre parole", Emilie avait été jugée "crédible" et exempte de propension à fabuler, alors que Loïc Sécher était décrit comme manipulateur et potentiellement dangereux. Loïc Sécher, qui a toujours clamé son innocence, avait été condamné à seize ans de réclusion en 2003, peine confirmée en appel l'année suivante puis en 2005 en cassation.

L'affaire semblait définitivement close. Mais en 2008, Emilie avouait avoir menti et se rétractait officiellement. Il apparaîtra par la suite qu'Emilie pouvait dire "n'importe quoi, à n'importe qui, à tout moment", selon les propos de Me Dupond-Moretti. "Elle était tellement touchante, cette gosse, qu'on n'a pas vu qu'il y avait dix vérités dans sa bouche d'enfant malade..."

En 2010, la Cour de révision ordonnait la libération de Loïc Sécher et un nouveau procès. Depuis 1945, Loïc Sécher est le 7econdamné aux assises à avoir obtenu une révision de son procès.Source : le monde



06/07/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres