Décryptages...

Décryptages...

La SNCF sur les rails ?

 

 

 

 

Le Directeur de la SNCF, Guillaume Pepy, arrive ce lundi à Boulogne-sur-mer en compagnie du ministre Frédéric Cuvillier pour une visite de quelques heures, visite au cours de laquelle il ne manquera probablement pas d’évoquer la réforme à venir.

 

 

« On a à peine commencé à parler de la réforme que déjà les gens commencent  à la flinguer", avait-il récemment déclaré sur France Inter après que le gouvernement eut présenté les orientations de la réforme ferroviaire prévoyant la création d’un pôle public unifié où seraient rassemblés le gestionnaire actuel des infrastructures, RFF, et la SNCF , une loi devant déboucher en 2013 visant « à préparer le secteur sans le fragiliser » selon F.Cuvillier à l’ouverture à la concurrence exigée par Bruxelles en 2019.

 

 

 Certes, les langues et les articles vont bon train, sans mauvais jeu de mots. Le Figaro publiait il y a quelques mois:

 

« RFF confie en privé que lorsque des «prestataires extérieurs» à la SNCF réalisent des travaux d'infrastructures, les prix pratiqués sont inférieurs de 20 à 25% à ceux de la branche Infra. Or, en 2011, RFF a versé 2,5 milliards d'euros à la SNCF pour les prestations réalisées par la branche Infra telles que l'entretien et la rénovation du réseau.

Hubert du Mesnil, le président de RFF, a fait ses comptes: s'il avait pu abaisser ces coûts de 15%, il aurait réalisé 375 millions d'économies, ce qui aurait permis d'abaisser les péages de plus de 10% ! »

 

//www.lefigaro.fr/societes/2012/01/24/20005-20120124ARTFIG00662-la-sncf-prepare-la-creation-d-une-filiale-privee-de-btp.php

 

 

 

A n’en pas douter, le Figaro, journal symbole du groupe Dassault, l’avionneur largement subventionné par l’état qui va jusqu’à  racheter les « Rafales » invendables sur le marché extérieur en ponctionnant comme d’habitude le contribuable, est le mieux placé pour parler prix et compétitivité.

 

 

Pour Dominique Lagorio, secrétaire CGT, « réduire les coûts des missions de sous-traitance que lui confie RFF en les faisant réaliser par une filiale dont les salariés ne bénéficieront pas des mêmes conditions sociales que les cheminots» est bien sûr une erreur que le personnel d’entretien des voies constate  sur le terrain.

Nous nous permettrons d’ajouter « en les faisant réaliser par des entreprises privées qui rognent sur les marges de temps au détriment de la sécurité »

 

 

 

Témoignage de deux agents de la voie du boulonnais :

 

« Lorsque nous sommes entrés à la voie, cela fait maintenant respectivement vingt et vingt cinq ans, il y avait cinq brigades dans le boulonnais, de Marquise à Hesdigneul, avec en moyenne une quinzaine d’agents par site.

A l’heure actuelle nous entretenons toujours ce même réseau très sinueux à savoir quarante trois kilomètres en « double voie », vingt six en « voies principale fret »  et quatre  « triages » avec un effectif restreint de sept agents, dont la moyenne d’âge se situe aux alentours de

 cinquante ans.

La mutation récente de trois agents à la brigade de Boulogne sur mer n’améliorera que de très peu la situation.

 

La direction nous maintient en place pratiquement pour assurer le service d’astreinte et les travaux profitent aux entreprises extérieures qui, lors des appels d’offres, tirent de façon éhontée sur les prix et qui, malgré un outillage plus performant, laissent sur le terrain, des réalisations scandaleusement insuffisantes sur le plan qualitatif ce qui nous oblige à refaire ou à compléter leur travail, au nom de la sacro sainte sécurité des usagers et du personnel, sécurité sur laquelle il est criminel de vouloir faire des bénéfices en tirant exagérément sur les temps de travail. Nous avons la chance d’avoir un chef d’équipe qui ne badine pas avec cette sécurité et la qualité du travail fini.  Il est grand temps que le public prenne conscience des enjeux en cours »…

 

 

 

La sécurité a un prix ! Vouloir la brader pour des raisons financières n’est pas admissible et cette situation doit être connue de tous les usagers.

 

 

A rappeler le nombre de tués dans des accidents ferroviaires après passage au « privé » :

 

 

//blogs.mediapart.fr/blog/guy-belloy/021211/meuse-trois-ouvriers-ont-ete-fauches-par-un-train-sur-une-voie-ferree-pr

 

 

//blogs.mediapart.fr/blog/guy-belloy/211211/bruxelles-exige-la-privatisation-de-la-sncf

 

 

 

 

Le personnel d’entretien des voies ne doit pas être sacrifié sur l’autel du Veau d’Or…

 

 

 

 

 



10/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres