Décryptages...

Décryptages...

En v’là une idée qu’elle est bonne !

 

 

 

 

Jacques Julliard, je l’aime bien.

 

Bon, je ne suis pas toujours d’accord avec lui, loin de là mais j’apprécie depuis longtemps ses billets d’humeur. Quand j’achetais « Marianne » chaque semaine (j’ai horreur des abonnements, des « fils à la patte »), après en avoir parcouru rapidement le contenu, je revenais invariablement à cette troisième page où il a l’habitude de s’exprimer non sans grommeler de temps à autres. Mon « ego » blessé depuis que ce journal avait refusé quelques unes de mes « feuilles » adressées au « courrier des lecteurs »  m’avait alors conduit à parcourir rapidement le contenu du condescendant ouvrage avant tout achat.

 

 

Dans le dernier numéro, c’est le billet de Jacques qui m’a décidé à la dépense.

Car son propos est des plus importants puisqu’il traite de la énième réforme de l’éducation, notre pays étant devenu, selon lui « une pédagocratie » où on croit qu’en réformant l’école, on réforme la société alors que c’est le contraire qui est vrai ».

 

 

Et de rappeler qu’aux dernières évaluations, notre système éducatif trônait désormais aux dernières places dans le classement européen.

 

 

Et Julliard de tempêter :

« une fois qu’on a épuisé les vérités banales sur les inégalités, les rythmes scolaires, l’insuffisance des « moyens », ce mot, ce mot seul que les syndicats enseignants mâchouillent comme un chewing-gum depuis soixante quinze ans (là, je savoure…), ……les psychopédagogues (j’ajouterais : de salon, car sauf erreur ils ne sont jamais descendus dans l’arène d’une classe située en « zone sinistrée »)  qui conçoivent l’école comme un grand jamboree scout où il n’y a plus de sanctions mais uniquement des récompenses » (allusion probable à la question qui se pose désormais de savoir s’il y a lieu ou non de supprimer les notes afin de ne pas traumatiser les élèves les plus faibles)………… ces milliers d’heures consacrées à étudier l’anglais sans qu’un élève sur cent (ici, vous êtes optimiste mon cher Jacques) soit capable de le parler, ces dizaines de milliers d’heures à enseigner notre langue alors que le français est devenu dans les quartiers une langue étrangère !....

 

 

Et de conclure avec cette fameuse « morale laïque » qui ne s’enseigne pas mais se communique. Ici, permettez-moi de ne pas vous suivre, les deux choses étant vraies.

Dans ma tendre enfance, un instituteur nous soumettait un thème et, grâce à une forme de « talent », nous mettait en situation et nous permettait d’appréhender le concept.

 

 

Ma satisfaction est à son comble lorsque Jacques me rejoint (je pense avoir l’antériorité de l’idée, aurait-il été inspiré par un de mes blogs ?) sur le fait qu’il est impératif d’apprendre à lire la télévision. Tous les débuts de matinées étant consacrés « à l’examen critique du  heures de la veille au soir et de la série télé qui a suivi.

 

 

N’écrivais-je point le 8 janvier dernier « Enfin une discipline nouvelle à instaurer de toute urgence : les adolescents passant de nombreuses heures devant le téléviseur, il m’apparaît ahurissant qu’une formation dès la 6è (et même le CM1) ne soit pas dispensée quant à la façon de réceptionner ces nouveaux « messages audio-visuels » afin de développer sens critique et véritable liberté de choix, l’abêtissement par le « petit écran » étant de plus en plus dénoncé »

 

//blogs.mediapart.fr/blog/guy-belloy/080112/vouloir-le-bien-de-lecole-cest-vouloir-le-bien-de-la-franceblog-de-franc

 

Bon billet Jacques et puisse Vincent nous entendre…..

 



09/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres