Décryptages...

Décryptages...

Difficile positionnement de Christiane Taubira ?

 

 

 

 

 

Qui connaissait Christiane Taubira dans le milieu judiciaire avant sa nomination au Ministère de la Justice ? 

 

Certains magistrats et avocats n’en avaient jamais entendu parler…

Les habituelles « sources bien informées » pariaient sur André Vallini qui s’était distingué lors de la présidence de la commission parlementaire sur l’affaire d’Outreau.

 

 Cette dame n’a cependant pas manqué de faire preuve de détermination lorsque, contre toute attente, elle a pris carrément le contre-pied d’une des promesses du candidat Hollande lors d’une interview à Libération, remettant en cause le doublement du nombre de Centres Educatifs Fermés. Pour faire bonne mesure, elle a fait savoir son hostilité aux peines plancher et aux jugements des mineurs de 16 à 18 ans par les tribunaux correctionnels. 

 

Il n’en fallait pas plus pour que la droite réagisse violemment, Brice Hortefeux se fendant d’un « concept étranger » pour la Gauche de ce que doit être la fermeté nécessaire.  

 

Le Premier Ministre se vit contraint d’intervenir et de rappeler les promesses de François Hollande quant aux C.E.F. 

 

 

Il n’empêche que Madame Taubira vient bien de faire une démonstration de son esprit d’indépendance. La « promotion » du procureur Courroye au poste d’avocat général près la Cour d’Appel de Paris étant un signe avant-coureur.

 

 

 Faudrait-il déjà craindre un « clash » entre la Présidence et la Garde des Sceaux ?

 

 

Christine Taubira, dont l’honnêteté intellectuelle ne saurait faire de doutes, ne doit-elle pas faire preuve d’un minimum de prudence, le peuple français comptant sur elle pour réformer enfin en profondeur ce ministère ?

 

 

 Les « citoyens démocrates » de ce pays ne doivent pas manquer de lui témoigner leur appui ; sa tâche ne sera pas facile. 

 

 

Et il serait urgent que les magistrats du siège soient enfin l’organisme de contrôle des services de police, au nom du principe de la Séparation des Pouvoirs comme il est d’usage dans la plupart des démocraties européennes, Daniel Vaillant, ancien Ministre de l’Intérieur ayant déclaré, lors d’une interview au Point en janvier dernier : « La police qui enquête sur la police, ce n'est plus possible. Parfois, les fonctionnaires ont été amenés à travailler ensemble. Des animosités peuvent resurgir. Beaucoup de policiers partagent mon sentiment. Je pense qu'il y a eu dans la police nationale d'autres victimes des turpitudes de l’IGS. On ne le saura jamais ». 

//www.lepoint.fr/societe/daniel-vaillant-il-faut-supprimer-la-police-des-polices-17-01-2012-1420331_23.php

 

 

 



09/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres